BULLETIN n°15 du 16 Octobre 2013

Dîner à l’Aston avec une Conférence de Jean-Pierre Rivet
L’ANTARCTIQUE : TERRE DE SCIENCE ET DE PAIX - Les niçois pionniers de l’astronomie en Antarctique

Dernière « Terra Incognita » de la planète Terre, l’Antarctique aurait pu devenir un lieu de rivalité et de conflits politiques et économiques. Heureusement, la Science s’en est emparée en 1959 et en a fait le plus vaste laboratoire du monde. Sur ce continent glacial et inhospitalier, pas d’habitants permanents, pas d’autochtones, juste des scientifiques et ceux qui les épaulent. L’entraide internationale et le partage des données y sont non seulement une nécessité vitale, mais aussi une obligation légale. Les conditions atmosphériques exceptionnelles de l’Antarctique attirent les astronomes, et les poussent à proposer des projets de plus en plus audacieux. La base franco-italienne « Concordia », qui bénéficie d’une météorologie particulièrement adaptée à l’astronomie, héberge de nombreuses expériences astronomiques, dont plusieurs ont été conçues par des équipes de l’Université de Nice et de l’Observatoire de la Cote d’Azur. Jean-Pierre Rivet nous a présenté ce continent étrange à plus d’un titre, et dit quelques mots de son histoire héroïque. Il nous a ensuite parlé de la base scientifique franco-italienne Concordia, de la science qui s’y fait, et des conditions de vie de ses habitants. Il a terminé en nous donnant les dernières nouvelles d’ASTEP, l’expérience astronomique niçoise, opérationnelle sur la base Concordia depuis janvier 2010, qui traque les fameuses « planètes extra-solaires ». Elle vient de connaitre son « baptême de la glace » le 5 juillet dernier, en fonctionnant correctement par -84.9ºC, la plus basse température jamais enregistrée à Concordia !

jp-rivet.jpgJean-Pierre RIVET Chargé de recherche au CNRS  Docteur en Physique, Ancien élève de l'école Normale Supérieure de la rue d'Ulm, Officier dans l'ordre des Palmes Académiques, Membre scientifique de trois expéditions polaires françaises, Directeur scientifique du site du plateau de Calern de l'Observatoire de la Côte d'Azur, Co-fondateur du projet de recherche et d'enseignement C2PU.

Un grand Merci à Jean-Pierre Rivet pour son intervention passionnante ! 

Planète Rotary pour les Sciences

Nous savons tous qu'un peu partout, des clubs financent toutes sortes de recherches médicales. Il y a aussi, aux Etats-Unis, quelques clubs qui organisent des "fêtes de la science". Vous savez, ces manifestations au cours desquels, dans les feuilletons télévisés américains, les enfants font des volcans avec du coca !
Mais, dans une région du monde où décidément le Rotary est très présent, et très efficace, l'Australie, les Rotary Clubs sont à l'origine de quelque chose de tout à fait unique et remarquable !
Il y a 30 ans, ils ont été à l'origine d'une initiative dont le but est de faire mieux connaitre les bénéfices pour l'humanité de la science et de ses applications.

Il s’agit d’une association, le National Youth Science Forum, qui organise chaque année avec des universités, des ministères, des grandes entreprises, des laboratoires de recherches, privés ou publiques, et sous le patronage des plus hautes autorités scientifiques du pays, un stage de deux semaines destiné à environ 450 lycéens entrant en terminale. Plus précisément 3 stages de 144 élèves chacun.
Non seulement 2 rotariens sont membres du conseil d'administration du Forum (le gouverneur du district 9710 et un ancien gouverneur), mais un millier de clubs participent à cette initiative. En effet, ce sont les clubs qui recrutent et sélectionnent les jeunes qui participent au stage.
Et c'est un processus de sélection plutôt sérieux:
D'abord les clubs informent les lycées et leur proposent de leur adresser leurs meilleurs élèves dans les matières scientifiques (10 à 15%) et qui souhaitent poursuivre des études scientifiques. Les clubs doivent d’abord interviewer les candidats. Non pas sur leurs connaissances mais sur leur motivation et sur leurs qualités personnelles et leurs activités extra-scolaires (comme faire partie d'un Interact !).

nysf.jpgLes clubs envoient ensuite le, ou leurs deux, meilleurs candidats au district où, ils sont de nouveau interviewés par le responsable de District. Chaque district (il y en a 21 sauf erreur) a un quota de candidats. Pour la session de janvier 2014, il y a eu 1300 candidats. Et apparemment il y a toujours une majorité de filles.

Après les sélections, les rotariens sont toujours présents. D’abord, ils organisent vers la fin de l’année une journée d’orientation au cours de laquelle les stagiaires font connaissance et sont préparés à ce qui les attend. Et puis pendant le stage, il y a des rotariens qui jouent le rôle de "parents de substitution" pour régler les petits problèmes qui pourraient se produire. Il y a un dîner du Rotary, et le dimanche les enfants sont reçus chez des rotariens.
Pendant le stage, les lycéens sont hébergés sur des campus d'université. Ils assistent à des conférences et des présentations faites par des intervenants de haut niveau. Ils ont aussi l'occasion de visiter des entreprises et des laboratoires qu'ils choisissent en fonction de leurs centres d'intérêt. Tout çà évidemment pour leur permettre de mieux connaître les possibilités d'études et les métiers scientifiques et de choisir la filière qui leur convient le mieux.
Mais on ne parle pas que de science, et c'est peut-être le petit plus Rotary, on insiste aussi beaucoup sur le développement personnel et sur le leadership. Il y a donc aussi des formations comparables au RYLA, du type travail en équipe ou prise de parole en public. D'ailleurs une quarantaine de jeunes sont sélectionnés pour encadrer la session de l'année suivante.

Ce stage d'été est la principale manifestation du Forum mais ce n'est pas la seule. Il y a aussi un stage pour une quarantaine de professeurs de sciences, au cours de l'année d'autres visites de labos et d'entreprises sont organisées. Certains élèves sont sélectionnés et sont envoyés dans des forums scientifiques du même genre à l'étranger (à Londres, aux Etats-Unis, au Canada,…). Il y aussi des stages spécifiques pour les jeunes qui ont été retenus pour encadrer la session de l'année suivante.

Et puis, comme les rotariens sont généreux, il y aussi des stages de 3 jours organisés pour les élèves qui n'avaient pas été sélectionnés pour les stages principaux!
Le budget annuel du Forum est de l'ordre de 2 mAUD (1,4 m€), financé pour l'essentiel par le sponsoring de grandes entreprises mais le prix du stage de deux semaines est quand même de 2.500 AUD (1.800 €). La participation financière des clubs Rotary est variable (50/75%).
Il s'agit donc là d'une extraordinaire "Actions Jeunes Générations" qui est, je vous le rappelle, le 5ème domaine d'action du Rotary et donc, l’un des piliers de la philosophie rotarienne.

Bulletin conférence

Vous devez être connecté pour poster un commentaire