BULLETIN n°20 du 20 novembre 2013

Dîner à l’Aston pour la remise d’un chèque à AME

Soirée officielle de remise de notre contribution à Autisme Méditerranée  en aboutissement de notre manifestation « Au Cœur du Lyrique 2013 ». Ces moments-là sont évidemment la raison d’être de toutes nos manifestations et sont même notre récompense, a dit Olivier Moschkowitz avant de passer la parole à Sylvie Dejean et Jean-Michel Renucci. C’est donc la Présidente 2012-2013 et le responsable de la Commission Opéra qui ont rappelé l’objet de cette action et ont appelé Monsieur Max Artuso de l’Association Autisme Méditerranée pour lui remettre un chèque de 6500€. Un montant obtenu grâce aux bénéfices de la soirée et à la généreuse participation du RC Cannes Lerins Aegitna dont ses représentants Jean-François Glemot et Alain Peirin se sont joints à la cérémonie.

 Au cours de la soirée Olivier a lu une lettre de remerciements du Dr Blaive pour le don que nous avons fait en soutien des actions sanitaires et d’éducation de jeunes défavorisés de par le monde que mène son association humanitaire dénommée SCAMT .

Nous avons aussi entendu Patrice qui a fait une intervention, comme il sait si bien les faire, au sujet d’un article du dernier numéro du rotarien « L'univers a-t-il connu un instant zéro ? » d’Etienne Klein.

 Petit tour d’horizon sur nos prochains rendez-vous:

- Il est encore temps de s’inscrire à La collecte de la Banque Alimentaire qui se tiendra ce 30 novembre au Leclerc du pont Michel.

- A l’occasion de notre apéritif cette semaine nous recevrons Véronique Leroy qui nous fera une conférence intitulée : « Les secrets des bons orateurs pour davantage d'influence et d'impact ».

- Le 4 décembre, nous tiendrons notre assemblée générale et nous élirons notre président 2015-16 ainsi que 4 nouveaux membres au CD.

- Le samedi 7 décembre, les clubs de Nice organisent un dîner au profit de l’association niçoise, Entraide & Partage, qui est une association locale d’aide aux plus démunis. L’association reçoit chaque mois environ 150 familles, adressées par les services sociaux de la ville, à qui elle fournit du matériel de puériculture, à qui elle apporte une assistance financière en leur distribuant des chèques services alimentaires, ou même en payant des factures de soins médicaux ou de loyers. Entraide & Partage va même jusqu’à proposer des hébergements d’urgence.

Cette soirée est possible grâce à la générosité de la chambre syndicale des bijoutiers de la Côte d’azur qui à l’occasion de ses 105 ans organise, à notre profit, une tombola qui devrait être richement dotée et qui explique le titre de la soirée.

Notre club est chargé de gérer les inscriptions des rotariens, alors pour donner l’exemple, Olivier a insisté pour que nous nous inscrivions nombreux au plus vite.

Planète Rotary

Vous êtes tous au courant, début novembre le super-typhon Haiyan/Yolanda a atteint les Philippines avec des vents de plus de 300km/h et des vagues de plus de 5m. Les destructions ont été immenses, 10% de la population a été touché soit plus de 10 millions de personnes. Le bilan humain, même imprécis, est terrible : plus de 4.000 morts, plus de 1.600 disparus et plus 18.000 blessés d’après les chiffres officiels. La situation dans les régions touchées est horriblement chaotique, 600.000 maisons ont été endommagées dont la moitié sont complètement détruites  ce qui fait que 4 millions de personnes sont déplacées (840 000 familles). Les plus « chanceux »  sont hébergés chez des proches et plus de 400 000 personnes sont dans des camps d’urgence. Il y a évidemment des problèmes d’approvisionnement en électricité, on manque d’eau, de nourritures ou de médicaments. Comme si cela ne suffisait pas, à tout ça s’ajoutent les pillages et la violence des gens désespérés ou, pire encore, de bandes organisées comme les rebelles de l'armée nationale populaire et malheureusement les secours ne peuvent arriver que lentement.  Alors le Rotary dans tout ça ?

Il faut savoir qu’il y a environ 800 clubs et 21.000 rotariens aux Philippines. Evidemment, un certain nombre d’entre eux font partie des victimes mais les clubs locaux ont tout de suite porté secours aux réfugiés. Alain Martin, le président de Nice Masséna, va régulièrement aux Philippines et est en contact avec des clubs de Cebu. D’après lui, ils ont remplis des camions de nourriture qu’ils sont allés distribuer.

Des rotariens australiens aident les habitants de l’île de Bohol, une île d’un million d’habitants sur laquelle il y avait déjà un millier de familles sans abri et vivant de l’aide humanitaire depuis le dernier tremblement de terre. Voici comment ils décrivent la situation sur l’île: L’électricité est coupée et on estime qu’elle ne sera  pas rétablie avant la fin de l’année. Ce qui veut dire pas, ou peu, de moyens de communications, de moyens de pomper l’eau, de réfrigérer la nourriture et de faire fonctionner les hôpitaux ou la plupart des infrastructures nécessaires. Les ressources de nourriture locales, les potagers, les élevages de poulets, … ont été dévastés et les prix s’envolent. Et pour couronner le tout, le service de ferry est débordé par les besoins et la liaison avec l’île de Cebu est très irrégulière. Les gens partis chercher du ravitaillement  ont beaucoup de difficultés à le ramener.

Deux containers sont partis de Sydney, mais ils mettront probablement 6 semaines pour arriver à Cebu. En outre il faut veiller à ce que le matériel ne tombe pas entre les mains de bandes armés qui pourraient ensuite, par exemple, faire payer pour l’eau potable. Ils espèrent donc que les rotariens sur place pourront s’assurer que l’aide arrive bien aux destinataires.

Alors dans ces conditions, que doivent ou que peuvent, faire les autres clubs Rotary ?

On sait que lors de grandes catastrophes de cette ampleur, comme le tsunami de 2004 ou le tremblement de terre à Haïti en 2010, ce n’est pas la générosité qui fait défaut. Pour Haïti, par exemple, on estime que les dons se sont élevés à 6 milliards de dollars pour une population de 10 millions d’habitants (600$/hab – PNB=1200$/hab). Pourtant on estime aussi que près de 400.000 personnes vivent toujours sous des tentes et les infrastructures de Port-au-Prince, les routes, l’eau, l’électricité ne sont même pas complètement reconstruites.

 La question est donc : que deviennent ces aides ?

Le problème ne vient pas seulement du détournement éventuel des aides mais aussi, pour beaucoup, de la coordination entre toutes les bonnes volontés. Par exemple, lors du tsunami de 2004, on s’est rendu compte qu’il y avait trop de médecins et pas assez d’infirmières ou de sages-femmes, que les réfugiés recevaient, par exemple, une quantité de matériel de cuisine alors qu’ils n’avaient pas d’abris. On a même signalé des cas de rougeole survenus parce que les enfants étaient vaccinés plusieurs fois par des ONG différentes !

Alors pour ce genre de secours d’urgence, le Rotary International a noué des partenariats et  plus particulièrement, pour ce qui est de l’envoi rapide de matériel de secours sur les lieux d’une catastrophe, avec Shelterbox.

Le partenariat a été signé en mars 2012 et c’était le premier grand Programme Partenaire signé par le Rotary. D’autres ont suivi, par exemple avec le réseau mondial des Banques Alimentaires.

Alors qu’est-ce que c’est que Shelterbox ? On pourrait traduire par « Refuge  ou abri dans une boîte » et c’est exactement çà !

L’idée des fondateurs de Shelterbox a été de se demander de quoi aurait besoin pour survivre une famille qui aurait tout perdu dans une catastrophe, et de rassembler tout çà dans une boîte facile à transporter. Les Shelterbox sont donc des grandes boites vertes. Leur contenu peut varier en fonction des circonstances des catastrophes mais avant tout elles contiennent une tente assez grande pour une grande famille d’une dizaine de personnes. C’est une tente faite spécialement pour Shelterbox et conçue pour résister à des environnements catastrophiques. Ces tentes peuvent résister à de grands froids, à  de forts ensoleillements ainsi qu’à des grands vents et des pluies très fortes. S’y ajoutent des tapis de sol thermiques, des couvertures, des lampes solaires, des outils, un système de purification d’eau, des ustensiles de cuisine, un réchaud et un certain nombre d’autres choses.  Ils ont même pensé à ajouter des petits jeux pour les enfants !

Le prix d’une Shelterbox est de 700€. La tente seule vaut 275€.

Shelterbox a été fondé en 2000 en Grande-Bretagne  (à Helston, une petite ville à l’extrême sud-ouest de l’Angleterre) et dès cette année-là, le Rotary Club de Helston-Lizard l’a adopté comme projet.

Leur première mission a été l’expédition de 143 boites à des victimes d’un tremblement de terre en Inde. C’est en 2005 que Shelterbox a changé de dimension et est devenu un acteur majeur de l’aide d’urgence internationale. Cette année-là ils ont expédiés 22.000 boites ! C’était l’année du tsunami en Indonésie, du tremblement de terre au Pakistan et de l’ouragan Katrina aux Etats-Unis.

En 12 ans ils ont aidé les gens touchés par plus de 200 catastrophes dans 90 pays différents. Cela représente plus de 100.000 Shelterbox. La collaboration entre Shelterbox et le Rotary International est intense. Non seulement pour le financement mais aussi sur place où les rotariens assistent les équipes de Shelterbox.

Alors, pour en revenir aux Philippines, il se trouve que Shelterbox avait déjà une équipe à Bohol et du matériel pré-positionné dans la région, suite au récent tremblement de terre. Ils avaient sur place 214 Shelterbox et 266 tentes. Deux nouvelles équipes ont été envoyées, 500 Shelterbox sont arrivées à Manille et 224 Shelterbox ainsi que 576 tentes sont en route pour Cebu. Il y a encore 600 boites stockées à Melbourne.

L’objectif de Shelterbox est d’aider 4.000 familles sans abris.

http://www.shelterbox.org/

Bulletin

Vous devez être connecté pour poster un commentaire