BULLETIN n°27 du 22 janvier 2014

COMMENT J'AI LAISSE MES CHAUSSURES A OUAGADOUGOU !

Apéritif à l’Aston avec une présentation de Georges-Eric à propos d’un voyage au Burkina Fasso

M’appuyant sur quelques images et films, j’ai voulu vous présenter le voyage que j’ai fait  au Burkina Fasso durant ces fêtes de fin d’année.

Voyage au Burkina FasoL’objectif de ce voyage était d’accompagner et de remettre aux habitants d’un village situé à une centaine de kilomètres de la capitale, Ouagadougou, des livres scolaires et du matériel collectés à Nice durant l’année. C’est à partir d’une association que j’ai créée il y a quelques années qui se dénomme, « Kampurdoba » (une tente pour les enfants), qu’avec l’aide de plusieurs familles Burkinabés domiciliées à Nice, nous menons des actions humanitaires qui consistent à collecter des fonds, du matériel, des vêtements et des livres scolaires qui sont acheminés par containers. Sur place, les responsables d’une association à Ouagadougou, spécialement créée, garantit la bonne réception, surveille la distribution et contrôle l’utilisation ainsi que la préservation des dons. J’ai tenu à vous montrer l’accueil que les personnalités et les habitants du petit village de Villy m’ont réservé, pour témoigner du respect et de l’attention que ces villageois ont à l’égard des dons que nous leurs faisons qui pour nous peuvent sembler dérisoires, mais pour eux représentent, si ce n’est des trésors, des jours, des mois, des années de labeur, qu’ils ne pourraient offrir à leurs enfants. J’ai voulu  aussi parlé du mode de vie des Burkinabés et des tentatives du gouvernement à favoriser avec peu de moyens l’éducation et le développement économique de ce pays au cœur de l’Afrique, pour dire combien le moindre coup de pouce est important.

 

Voyage au Burkina Faso

Je suis persuadé que l’aide matérielle qui est apportée, bien que représentant, container par container, que quelques goutes d’eau dans un océan de misère, est utile car il s’agit simplement d’aider des êtres humains. J’aime a penser que parmi ces 300 enfants scolarisés dans cette école, si un seul d’entre eux trouve sa destiné à partir d’un livre que nous  avons amené, alors notre investissement, qui n’a d’ailleurs rien d’un exploit, ne sera pas vain. Le plus beau, c’est qu’on ne le saura jamais.

Je me suis rendu sur place aussi pour étudier qu’elle action pourrait être mise en œuvre pour les prochaines années. Ainsi, nous allons œuvrer pour restaurer le dispensaire du village, sa maternité et remplacer l’ambulance.  Une action qui, je l’espère, pourra se faire avec le Rotary et les RClubs de Ouaga. En attendant, pour la petite histoire, j’ai laissé mes chaussures de sports au guide qui m’a accompagné pour avoir perdu le pari d’avoir le courage de m’assoir sur un crocodile (Sacré, vivant et sauvage à la fois). Pour la confidence, il n’y a pas de hasard, l’histoire de ce voyage trouve son origine, il y a presque quarante ans, où ma mère a, un jour, ouvert sa porte à une dame noire qui pleurait sur le palier… une dame qu’elle a adopté comme son enfant… -nous étions déjà cinq- Une dame qu’elle aurait tant aimé accompagner dans son pays. J’ai eu le sentiment, là-bas, à côté de ma sœur burkinabé, de boucler la boucle en réalisant son vœu. Cette histoire est très personnelle, mais c’est avec vous que j’avais envie de la partager.  Ma mère n’était pas au Rotary, mais elle l’aurait bien mérité ! A la prochaine.

Lycée Hôtelier 

La date limite de dépôt des dossiers des élèves au concours du lycée Hôtelier est passée. Nous avons reçu 59 candidatures ce qui est un beau chiffre qui en dit long sur la qualité du travail de la commission « Action Jeunesse » et sur l’intérêt qu’elle a réussi a suscité auprès des cadres, des enseignants et des élèves du lycée. Un premier examen de ces dossiers a eu lieu aujourd’hui, Martine nous fera une présentation plus précise, mais d’ores et déjà, 14 ont été présélectionnés pour une seconde séance d’évaluation qui se tiendra le 11 février prochain. Tous ces dossiers apparaissent très intéressants, très touchants et même parfois surprenants. Face à cet engouement des jeunes et à leur motivation, l’équipe de la commission a proposé à Olivier d’inviter tous les candidats à la soirée « Espoir en Tête », ce qui a été accordé avec plaisir.

Bulletin conférence

Vous devez être connecté pour poster un commentaire