Bulletin N°9 du 4 Septembre 2013

Dîner à l’Aston en Présence du Gouverneur Raymond HAYEK

Olivier Moschkowitz à ouvert la soirée par une pensée sincère à l’adresse de Marie-France Reymond et pour Georges son époux dont les obsèques ont été célébrées ce même jour. Un grand nombre de membres s’étaient rendu à l’athanée dans l’après midi pour témoigner de notre amitié et soutenir, chacun à sa manière, Marie-France en ce triste jour.

Visite du Gouverneur Raymond HayekAprès l’intervention protocolaire d’usage fort bien produite par Catherine Bretaudeau, le Président a pris la parole pour souhaiter la bienvenue  à notre Gouverneur,  Raymond Hayek, et son adjoint, Monique Chomel-Besseux, qu’il a très sincèrement remercié pour le plaisir et l’honneur qu’ils nous ont faits de nous consacrer la première visite officielle du Gouverneur à un Club. Quelle plus belle façon pour nous aussi de faire notre rentrée, après la pause de l’été que nous avions bien mérité, avant de nous lancer dans nos nouveaux projets.  

Jeunes Générations

Olivier, en ce mois de Septembre, mois des « Jeunes Générations », a remercié également, Daniel Tamisier,  vice-président du Rotaract Nice Baie des Anges, ainsi que les membres de son club qui l’ont accompagné. Une présence qui a du sens et qui est d’autant plus significative car elle présage d’un partenariat étroit dans le cadre de la soirée « Au Cœur du Lyrique 2014 » qui sera une action commune à nos deux clubs. On peut déjà aussi annoncer, qu’à l’initiative du Rotaract Nice Baie des Anges, l’Action Opéra sera cette année au profit de l’association Enfants Cancer Santé. 

Des Paul Harris Fellow

Sylvie Dejean, notre présidente 2012-2013, a tenu à honorer Jean-Michel Renucci d’un PHF pour le remercier de son soutien lors de sa présidence et plus particulièrement pour son investissement dans l’animation de la commission « Opéra ». N’ayant pas pu lui remettre le jour de la passation, Jean-Michel était à ce moment bien patiemment installé dans un fauteuil de l’aéroport de Lisbonne où il attendait un hypothétique avion, Sylvie s’était alors promise de lui remettre lors d’une prochaine manifestation du Club. L’occasion de recevoir Raymond Hayek a créé un événement à la hauteur et permis en plus de gratifier Jean-Michel d’une remise de l’insigne par le Gouverneur en personne.

Et à l’inverse, arroseuse arrosée, c’est Sylvie Dejean qui s’est retrouvée mise sur le piédestal du Paul Harris, puisqu’Olivier a profité de l’occasion pour, au nom de tous les membres du Club,  rendre hommage à l’excellente présidence de Sylvie, la remercier d’avoir permis de faire parler du Club et du Rotary par des actions de haut niveau et rendre hommage à ses qualité de leader. C’est sous les applaudissements que le Gouverneur a accroché un PHF Saphir à la robe de Sylvie.

Gouverneur

Je ne sais pas vous, mais moi, le titre m’inspire. Non que la fonction m’attire, mais pour ce que l’appellation m’évoque.

Gouverneur : celui qui a le pouvoir exécutif d’une province, parfois d’une colonie et qui est sous l’autorité  d’un Chef d’Etat. Quelqu’un qui est important, qui gère, qui gouverne et qui rend compte. Quelqu’un qui a sur ses épaules la charge de la représentation et la responsabilité de mener à bien la partie qu’un chef d’Etat lui a confiée. Au Rotary, je n’ai pas vérifié dans le manuel du gouverneur, mais ce que j’en ressens, c’est qu’il me semble trouver des similitudes dans cette définition et l’appellation du coup m’apparait fort juste. Le « Gouverneur », gère sous sa responsabilité, certes avec des adjoints et une équipe, tout un district, dont il doit veiller à déployer les orientations thématiques du Président  du Rotary International, les actions de la Fondation, gérer les aspects structurels et organisationnels, donner des clefs, parfois des moyens pour permettre à chaque Club, d’atteindre les objectifs que leur imposent le développement de l’effectif, les actions, les moyens,… Bien sûr,  le tout, sans s’énerver, et en toute occasion, se devant de conserver un sourire et une amabilité à toute épreuve. Chapeau !

Déjà, j’avais ressenti cela au contact des anciens gouverneurs que notre Club à l’honneur d’avoir en son sein, comme Chantal, Bernard, Adrien, des personnes qui forcent le respect rien que par leur attitude et qui, dès que vous vous penchez sur leurs cursus tant professionnel que rotariens, vous vous rendez compte, (alors que pour ma part, je croyais être déjà arrivé), que vous avez encore beaucoup de choses à vivre et à apprendre. Ils me fascinent et ils me laissent d’ailleurs souvent sans voix. Car du coup, à leur contact, je ne suis jamais assez certain, que ce que j’aurais à dire soit vraiment très intéressant. Chacun à son style, sa manière de vous aborder, de parler, parfois exubérante, parfois très didactique, parfois  très discrète et très simple. Ils sont tous si différents et pourtant ils ont tous cette flamme dans les yeux qui brillent lorsqu’ils vous parlent du Rotary. Cette flamme qui vous entraine dans leur passion  sans même que vous vous rendiez compte quelques temps plus tard que cette envie qui vous anime, vient d’eux. 

Visite du Gouverneur Raymond HayekRaymond Hayek n’échappe pas à la règle. A tel point que je ne savais pas trop où me situer à son égard, lors du dîner et au Comité directeur qui a précédé, entre la déférence que l’on doit à un Gouverneur, quelqu’un d’important, et la décontraction que je peux avoir avec un pote de toujours, alors que je ne l’ai encore jamais rencontré. Bref ! Il peut rire avec vous et se moquer de lui-même, en faisant allusion, au fait qu’il lui arrive souvent d’avoir la grosse tête et en même temps vous demander ce que vous envisagez faire pour améliorer rapidement l’effectif du Club. Il peut plaisanter sur la nécessité de la mixité des membres au sein des Clubs du Rotary et vous convaincre que l’important ce ne sont ni les hommes ni les femmes, mais la Famille Rotarienne. Il peut vous entretenir sur sa vision des choses, sur sa conception du Rotary et sur ce qu’il envisage de faire et dans le même temps, rendre hommage à François Kester.  Il peut vous expliquer ce qu’il a mis dans son fanion qui lui ressemble tant, la méditerranée, les phéniciens (qui, paraît-il, nous ont tout appris), sa devise « Ensemble Joignons le Service à l’Agréable » et rappeler que l’important réside surtout dans les mains qui encerclent la roue du Rotary sur le fanion de Ron Burton, Président International, parce qu’une main seule, ne peut applaudir…

Après la visite de Raymond Hayek, j’ai compris ce qu’est un Gouverneur. C’est quelqu’un qui vous serre la main, vos regards se croisent, et vous êtes fiers d’être Rotarien. C’est ça être Gouverneur. C’est tout simple en fait !

Vôtre bulletinier 

Planète Rotary  

Sunday Market du RC Balwyn 

Comme à son habitude, depuis son entrée en fonction, le Président en surfant sur la toile nous fait part de l’activité d’un Club Rotary à travers le monde.  Ceci dans l’intention que nous nous inspirions des exemples remarquables, admirables parfois, ou tout simplement originaux qu’on trouve parmi la diversité des clubs autour du monde. 

Tout le monde s’accorde à dire que s’il y a un sujet qui met à l’épreuve l’imagination des clubs Rotary, c’est bien la collecte de fonds !

Nous vous avons déjà parlé, par exemple, des courses de canards en plastique. Mais on trouve surtout des grands classiques du genre comme les tombolas, les golfs et bien sûr les vide-greniers.

Et bien, Olivier nous a dégoté en Australie un bon candidat au titre de champion du monde des collectes de fonds par vide-grenier ! Il s’agit du club de Balwyn dans la banlieue de Melbourne.

Figurez-vous que depuis 1976, tous les dimanches matin, à quelques exceptions près, ce club organise un vide-grenier : le Sunday Market. La première fois il y avait 48 stands, occupés, pour la plupart, par des rotariens et le club a collecté exactement  531 AUD (370€).

Mais, comme les rotariens peuvent faire preuve de détermination, ils ont persévéré et, avec le temps, ce marché est devenu un énorme succès. Aujourd’hui, Il est constitué de plus de 380 stands dont la moitié est louée à l’année et l’autre est louée à la semaine pour 60AUD. Tous les stands sont souvent réservés plusieurs semaines à l’avance. Déjà fin Août,  a été ouverte la location pour novembre. Sur le site de réservation, il y a un avertissement qui précise bien qu’il est interdit de réserver un stand pour le revendre!!  Ce qui témoigne d’un certain engouement au point d’intéresser le marché noir. Evidemment, on peut imaginer le travail énorme que représente l’organisation, chaque semaine, d’un vide-grenier comme çà : A 4 heures du matin il faut mettre en place le marché, installer les barrières et les stands. Pendant le marché il faut accueillir, guider, voire surveiller, les marchands et les visiteurs à qui on demande d’ailleurs un petit don. Et après, il faut encore tout nettoyer. Donc très vite, le club s’est associé avec les scouts et d’autres clubs locaux pour faire face à tout ce travail.       

Aujourd’hui, le marché est devenu une véritable petite entreprise : d’une part le club a complètement sous-traité la gestion des réservations et l’installation du marché et d’autre part, la concurrence que ce marché exerce  sur les commerces du quartier est si forte que la municipalité leur a demandé limiter les ventes qu’à des produits d’occasion ou de fabrication artisanale, pas de nourriture, et de ne pas ouvrir les deux dimanches avant Noël.

Aujourd’hui, ils collectent maintenant chaque année quelque chose comme 750.000AUD (500 k€), et totalisent ainsi depuis 1976 plus de 10 millions AUD (7M€)  collectés avec lesquels ils ont financés plus de 2.000 actions! Chapeau Balwyn !

Bulletin Gouverneur Rotaract

Vous devez être connecté pour poster un commentaire